2022 All rights reserved - translateasy.com

Walter-Sous nos baskets (Ft. Gorah) Lyrics(English Translate)

English Lyrics

In my city there is more than one cat wandering No later than yesterday a friend took a loaf of bread then a post before the door Expensive insurance is often present, way of telling the facts The oppressive cop lights Blind you the better to beat your buttocks I'm going out to scratch your crates I would like to tarry the hostess How do I come back tomorrow you know that I come from far away Move aside, I protest Move aside, I'm moving towards the exit I bow to this test A stroke of stress my rap dampens it Since the beginning we frequent the [nettles] Count less turns between soss we are absent to work on the computer Then the days move on and you hesitate to call them back Luck we do it for you but you skip it Don't be afraid to see them yell Don't be freaking out about seeing people roar around you You will grow old in your turn Young people are stupid to perch on the roofs My journey unfolds, the present unfolds The vultures are therefore derailed a lot now are wary There's an ocean of concrete, bricks and asphalt Badly beaten buildings, pollution that we bury We have the morals of a guy who we cut the assdec Because there is gray in the sky and under our sneakers We all have a lot of questions, wrinkles and habits Like parading on the boulevard where pedestrians stagger Here we all wait for the rain to stop Because there is gray in the sky and under our sneakers [Gorah] Square off, we slam the door of the casba Without bag, without sapes, we are almost in calbar Sneakers with ipeds and baloches in bundles It is without looking back that we pass the doormat And on the boulevard there are jesters and troubadours The minstrels, the pipers and the big bums There are flame-eaters with afghan vapors There are trackers of ladies with too hard performers There are reufs Each his role, each his voice, there are some who meow, others who bark Some people are funny and others are not Deadlock It calms our actors but we continue our journey Because we know the half-turn by heart At each crossroads to decide is the mess Nothing that I squat there I don't know any more - feet Pessimistic maybe when I go my way I often think about yesterday But never at ... [Chorus] There's an ocean of concrete, bricks and asphalt Badly beaten buildings, pollution that we bury We have the morals of a guy whose assdec is cut Because there is gray in the sky and under our sneakers We all have a lot of questions, wrinkles and habits Like parading on the boulevard where pedestrians stagger Here we all wait for the rain to stop Because there is gray in the sky and under our sneakers [Walter Morgan] Another plet-neck My mine is wrong, it is she who takes the blows Don't worry, I agree, it's cool It gives you body, it tests the crowds [Yet] we get out of sport We squat in the chicken locker room Now you're like a dog and you don't have the time Your atmosphere is crumbling Now you're old in the eyes of those who seemed so close to you Ring the speaker then live your life like the cinoche If you want it if you feel it this way P'tite trip in the cellar to nab a little piece of stale bread [Gorah] I wander in my megalopolis and its microcosm With my mic cause and then I evaporate In the routine and the dreary daily life Of a country controlled by the dwarf and the bounded borough At my perimeter, I live on the run with the Parisian grisaille It's getting painful man So I go crazy then I go freestyle [Chorus x2] There's an ocean of concrete, bricks and asphalt Badly beaten buildings with pollution that we bury We have the morals of a guy who we cut the assdec Because there is gray in the sky and under our sneakers We all have a lot of questions about wrinkles and habits Like parading on the boulevard where pedestrians stagger Here we all wait for the rain to stop Because there is gray in the sky and under our sneakers

French Paroles

Dans ma ville y a plus d'un chat qui erre Y a pas plus tard qu'hier un pote s'est prit un pain puis un poteau avant la portière L'assurance chère est souvent présente, façon d'relater les faits Les lumières de keufs oppressantes T'aveuglent pour mieux t'latter les fesses J'sors pour gratter vos caisses J'aimerais tarter l’hôtesse Comment ça j'reviens demain tu sais que j'viens d'loin Écartez vous j'proteste Écartez vous j'm'avance vers la sortie J'mincline devant ce test Un coup de stress mon rap l'amortit Depuis l'début on fréquente les [orties] Compte moins d'virées entre soss on s'absente a bosser sur l'ordi Puis les journées s'avancent et t'hésite à les rappeler Coup d'chance on l'fait pour toi mais la tu zappes Flippe pas d'les voir gueuler Flippe pas d'en voir s'beuler autour d'chez toi Tu vas vieillir à ton tour Les jeunes sont cons a s'percher sur les toits Mon parcours s'dévoile, le présent s'défile Les vautours déraillent donc beaucoup à présent s'méfient Y a un océan de béton de briques et de bitumes Des bâtiments mal battis, d'la pollution qu'on inhume On a l'moral d'un type a qui on coupe les assdec Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets On a tous un tas de questions, de rides et d'habitudes Comme parader sur l'boulevard où des piétons titubent Ici, on attend tous que la pluie s’arrête Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets [Gorah] Case départ, on claque la porte de la casba Sans sac, sans sapes on est presque en calbar Les baskets aux ipeds et les baloches en baluchon C'est sans s'retourner qu'on dépasse le paillasson Et sur le boulevard y a les bouffons et les troubadours Les ménestrels, les joueurs de pipeaux et les gros balourds Y a les cracheurs de flammes aux vapeurs afghanes Y a des trackeurs de dames aux hardeurs trop hard Y a les reufs Chacun son role, chacun sa voix, y en a qui miaulent, d'autres qui aboient Y a des gens droles et d'autres pas Une impasse Ça calme nos hardeurs mais on continue nos parcours Car on connait l'demi-tour par coeur A chaque carrefour pour se décider c'est l'merdier Rien qu'je squatte là je sais plus - des pieds Pessimiste peut-être quand j'parcours mon chemin j'pense souvent à hier Mais jamais à... [Refrain] Y a un océan de béton de briques et de bitumes Des bâtiments mal battis, d'la pollution qu'on inhume On a l'moral d'un type a qui on coupe les assdec Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets On a tous un tas de questions, de rides et d'habitudes Comme parader sur l'boulevard où les piétons titubent Ici, on attend tous que la pluie s’arrête Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets [Walter Morgan] Encore un plet-cou Ma mine se tort c'est elle qu'encaisse les coups T'inquiète j'acquiesce c'est cool Ça t'donne du corps, ça teste les foules [Yet] on sort de sport On squatte dans le vestiaire des poules A présent t'es en chien et t'as plus l'temps Ton atmosphère s'écroule A présent t'es ancien aux yeux d'ceux qui t'semblaient si proches Fais sonner l'enceinte puis vis ta vie comme le cinoche Si tu l'souhaite si tu l'sens ainsi P'tite virée dans le cellier pour choper un p'tit bout d'pain rassit [Gorah] J'erre dans ma mégapole et son microcosme Avec mon micro jcause et puis je m'évapore Dans la routine et le quotidien morne D'un pays contrôle par le nain et l'borgne bornés A mon perimètre, je vis en fuite avec la parisienne grisaille Ça devient pénible mec Donc j'pète les plombs puis j'pars en freestyle [Refrain x2] Y a un océan de béton de briques et de bitumes Des bâtiments mal battis d'la pollution qu'on inhume On a l'moral d'un type a qui on coup les assdec Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets On a tous un tas de questions de rides et d'habitudes Comme parader sur l'boulevard où les piétons titubent Ici, on attend tous que la pluie s’arrête Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets

RELATED LYRICS

[Walter Morgan]
Dans ma ville y a plus d'un chat qui erre
Y a pas plus tard qu'hier un pote s'est prit un pain puis un poteau avant la portière
L'assurance chère est souvent présente, façon d'relater les faits
Les lumières de keufs oppressantes
T'aveuglent pour mieux t'latter les fesses
J'sors pour gratter vos caisses
J'aimerais tarter l’hôtesse
Comment ça j'reviens demain tu sais que j'viens d'loin
Écartez vous j'proteste
Écartez vous j'm'avance vers la sortie
J'mincline devant ce test
Un coup de stress mon rap l'amortit
Depuis l'début on fréquente les [orties]
Compte moins d'virées entre soss on s'absente a bosser sur l'ordi
Puis les journées s'avancent et t'hésite à les rappeler
Coup d'chance on l'fait pour toi mais la tu zappes
Flippe pas d'les voir gueuler
Flippe pas d'en voir s'beuler autour d'chez toi
Tu vas vieillir à ton tour
Les jeunes sont cons a s'percher sur les toits
Mon parcours s'dévoile, le présent s'défile
Les vautours déraillent donc beaucoup à présent s'méfient

Y a un océan de béton de briques et de bitumes
Des bâtiments mal battis, d'la pollution qu'on inhume
On a l'moral d'un type a qui on coupe les assdec
Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets
On a tous un tas de questions, de rides et d'habitudes
Comme parader sur l'boulevard où des piétons titubent
Ici, on attend tous que la pluie s’arrête
Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets

[Gorah]
Case départ, on claque la porte de la casba
Sans sac, sans sapes on est presque en calbar
Les baskets aux ipeds et les baloches en baluchon
C'est sans s'retourner qu'on dépasse le paillasson
Et sur le boulevard y a les bouffons et les troubadours
Les ménestrels, les joueurs de pipeaux et les gros balourds
Y a les cracheurs de flammes aux vapeurs afghanes
Y a des trackeurs de dames aux hardeurs trop hard
Y a les reufs
Chacun son role, chacun sa voix, y en a qui miaulent, d'autres qui aboient
Y a des gens droles et d'autres pas
Une impasse
Ça calme nos hardeurs mais on continue nos parcours
Car on connait l'demi-tour par coeur
A chaque carrefour pour se décider c'est l'merdier
Rien qu'je squatte là je sais plus - des pieds
Pessimiste peut-être quand j'parcours mon chemin j'pense souvent à hier
Mais jamais à...

[Refrain]
Y a un océan de béton de briques et de bitumes
Des bâtiments mal battis, d'la pollution qu'on inhume
On a l'moral d'un type a qui on coupe les assdec
Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets
On a tous un tas de questions, de rides et d'habitudes
Comme parader sur l'boulevard où les piétons titubent
Ici, on attend tous que la pluie s’arrête
Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets

[Walter Morgan]
Encore un plet-cou
Ma mine se tort c'est elle qu'encaisse les coups
T'inquiète j'acquiesce c'est cool
Ça t'donne du corps, ça teste les foules
[Yet] on sort de sport
On squatte dans le vestiaire des poules
A présent t'es en chien et t'as plus l'temps
Ton atmosphère s'écroule
A présent t'es ancien aux yeux d'ceux qui t'semblaient si proches
Fais sonner l'enceinte puis vis ta vie comme le cinoche
Si tu l'souhaite si tu l'sens ainsi
P'tite virée dans le cellier pour choper un p'tit bout d'pain rassit

[Gorah]
J'erre dans ma mégapole et son microcosme
Avec mon micro jcause et puis je m'évapore
Dans la routine et le quotidien morne
D'un pays contrôle par le nain et l'borgne bornés
A mon perimètre, je vis en fuite avec la parisienne grisaille
Ça devient pénible mec
Donc j'pète les plombs puis j'pars en freestyle

[Refrain x2]
Y a un océan de béton de briques et de bitumes
Des bâtiments mal battis d'la pollution qu'on inhume
On a l'moral d'un type a qui on coup les assdec
Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets
On a tous un tas de questions de rides et d'habitudes
Comme parader sur l'boulevard où les piétons titubent
Ici, on attend tous que la pluie s’arrête
Car y a du gris dans l'ciel et sous nos baskets